PRÉSENTATION

Publié le par N.L. Taram

 

QUI SUIS-JE ?

(N.L. Taram, mon pseudo sur les blogs et forums, est l'anagramme de Jean Paul Marat "l'ami du peuple".
Avatar : dessin d'auteur inconnu.
Photo en-tête : mon chat en train de penser (photo Taram)
 
----------------------------------
Montpellier
D’OÙ JE VIENS ?
(extrait de l’article D'ou venons nous ? )
 
TARAM - Pour où ?
A Rouen, nous sommes 13 militaires du génie, en provenance de différents régiments, dont un adjudant et un lieutenant.
Enfin, demain 22 juillet 1963, nous partons à Orly pour prendre l'avion et nous recevons nos billets : "TAHITI, via l'Asie" par la compagnie T.A.I.
Le 23 juillet 1963 (24 juillet à Paris), après 38 heures de vol, nous atterrissons à Tahiti, Faa'a, motu Tahiri. Les légionnaires, arrivés par le bateau "Tahitien" le 19 juillet 1963, nous accueillent et nous amènent à notre premier hébergement, l'ex Grand Hôtel à Papeete. Nous voilà intégrés au bataillon du 5ème régiment étranger du Tonkin. Et nous ne savons toujours pas ce que nous sommes venus faire ici ; les termes "5ème RMP", "CEP" et encore moins "essais nucléaires" nous sont complètement inconnus.
Je dois dire que lors de notre première sortie à Papeete, alors que nous logions au Grand Hôtel, nous avons été "emballés" par tous ces dancings, buvettes, baraques de jeux, restaurants "veau à la broche", le long des quais de Papeete. Le soir nous nous promenions le long de ces baraques avec, en poche, des tickets de chaque dancing (5 francs CFP si je me souviens bien). Quand nous rencontrions une vahine qui souhaitait danser, nous rentrions sur la piste de danse la plus proche avec notre ticket d'entrée pour un couple. Nous crûmes naïvement que cela durait toute l'année...
OÙ SUIS-JE ?  
 

Tahiti - Papenoo - Plateau Atohei

Dernièrement, un ami me disait :

- Alors l’ermite ! Tu sors jamais de ton trou ? Tu n’aimerais pas aller quelque part ?

- Mais où aller pour être mieux que chez moi ? Chez moi à Papenoo, plateau Atohei, à 50 mètres d’altitude, face au nord et au soleil levant, les nuits y sont fraiches grâce au hupe, les odeurs et les bruits y sont uniques : odeurs de cuisine, de cochons, de fleurs, bruits du vent, de la pluie, des chiens qui aboient, des chants qui montent du temple en bas dans la plaine côtière, du bruit de la mer aussi, du vieux truck qui peine à monter la côte… Enfin de la vie, quoi !

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article